Compostage, conseils pour le réussir

Composteurs - Magali ANCENAY

Dans ma vie, il n’y a pas que les recettes de cuisine. Il y a aussi les recettes du compostage. Et pour bien les réussir, je vous en donne tous les secrets.

Mon premier livre de jardinage

Le printemps dernier, mon dernier ouvrage “Mon premier livre de jardinage” a fait une sortie … totalement inaperçue, en plein confinement. C’était le 15 Mars et il était malheureusement inaccessible puisque les librairies étaient fermées. A quelques semaines de Noël, voilà que nous sommes à notre deuxième confinement et les librairies sont encore fermées. C’est pourquoi, je vous donne le lien de mon éditeur Hachette où vous pouvez vous le procurer. C’est un livre très ludique pour apprendre autour du jardin, autours des jardins. A offrir à nos enfants ou aux débutants en jardinage.

déchets du jardin potager
Mon Potager - Magali ANCENAY

Dans cet ouvrage, votre petit jardinier y trouvera :

  • Des pas à pas illustrés à réaliser dans son jardin, sur sa terrasse ou même à l’intérieur.
  • Des infos sur ton jardin, les plantes qu’il pourra y mettre et les animaux qui y vivent.
  • Plein d’activités et d’astuces pour apprendre tout en t’amusant.

Des infos essentielles pour devenir incollable, des activités à faire au jardin, toutes les étapes pour semer ces plantes préférées. Et un pas à pas entièrement consacré au compostage, geste N°1 au jardin.

Je vous offre ci-après, un extrait de mon livre “Mon premier livre de jardinage” aux éditions Hachette.

Mon premier livre de jardinage - 1

Le compostage :

Compostage - Magali ANCENAY

Autrefois réservé naturellement aux ruraux ou possesseurs de jardins, le compostage a séduit les citadins. En effet, ils s’en sont emparés avec la ferveur des nouveaux convertis. Mettre à la poubelle une épluchure de carotte devant témoin, peut vous faire entrer directement dans la catégorie déplorable des gaspilleurs. Pour esquiver ce péril si fatidique et marcher la tête haute, le compostage est donc une solution raisonnable, simple et dotée d’avantages collatéraux notables. Tout en offrant une fin honorable à vos racines de poireaux, qui vous fait gagner la caste des écoresponsables, distinction qui devrait faire son effet, lors de vos prochains dîners en ville.

Pourquoi composter ?

Si comme moi, vous laissez une place de choix aux légumes dans votre alimentation et que vous avez un jardin, alors le compostage est fait pour vous. Si vous épluchez, triez vos légumes, ne rongez pas les racines, ne suçotez pas les fanes, vous écartez 7 à 10% du volume acheté ou récolté ! Ce n’est pas rien …

Et si vous êtes lassés des soupes de déchets, le compostage est la solution puisque vous allez transformer une perte sèche en une biomasse à haute valeur énergétique. En fait, ce sont vos plantations et plantes qui vous remercieront, en produisant plus et mieux grâce à cet or noir du jardinier.

Comment fonctionne le compostage ?

Le principe consiste à réunir dans un lieu à ce effet (composteur), des matières organiques qui en se décomposant, vont devenir une source homogène appelé COMPOST. En règle générale, il est relativement pauvre en nutriments mais c’est un excellent moyen d’enrichir le sol naturellement. 

Vous pourrez aussi obtenir le même résultat en enfouissant directement dans la terre ces mêmes matières organiques. Mais, il vaut mieux un bon compost fleurant bon le terreau qu’un énorme tas de détritus, putrides de poubelles ménagères.  Le compostage est le résultat d’un longue digestion.

Composteurs - Magali ANCENAY

Que faut il pour faire du compost ?

  • Il te faut un bac à compostage en bois ou en plastique recyclé. Personnellement je préfère celui en bois, d’autant plus qu’il est fourni par les espaces verts de nos communes moyennant la somme dérisoire de 10€. Renseignes toi auprès de ta Mairie. Il se compose d’un couvercle par lequel tu déverses tes déchets, et d’une trappe d’évacuation sur sa face avant basse, afin de pouvoir récupérer le compost mûr. Ce genre de composteur facilite vraiment la vie du jardinier. 
Compostage - Magali ANCENAY

Des matières dites « Vertes », humides,  riches en azote

  • Comme les épluchures de légumes, les fruits, les tontes de gazon fraîches, les feuilles vertes des arbres, arbustes, tailles de haies, bouquets de fleurs, fleurs fanées, fleurs coupées  plantes à purin, sachets de thé sans agrafe, etc.

Des matières dites « Brunes », sèches,  riche en carbone

  • Comme les branches, les racines, les bois broyés, les feuilles mortes, marc de café, coquilles de fruits secs, papier essuie-tout, papier non imprimé, coquilles d’oeufs, cartons non imprimés coupés en petits morceaux, serviettes et mouchoirs en papier etc. Plus ces éléments seront hachés finement, plus vite le travail de décomposition se fera.

L’idéal est donc utiliser 40% de matières dites « Brunes » et 60% de matières dites « Vertes ».

Quel est le principe de décomposition du compost ? 

Le principe de base est de trouver le bon dosage entre les éléments dits « Verts » et ceux dits « Bruns », en procédant par couches successives. Un bon compost se caractérise de la façon suivante : 

  • Il s’échauffe rapidement grâce aux êtres vivants du compost présents. Ils sont classés par deux catégories distinctes, les micro-organismes et les macro-organismes. Un micro-organisme est un être vivant microscopique (bactéries, champignon, actinomycètes), alors que le macro-organisme (vers de terre, insectes, acariens, gastéropodes, cloportes …) est visible à l’oeil nu. 
Lombrics dans compost - Magali Ancenay

Ce sont ces derniers qui en ingérant et déféquant ces déchets, participent au travail de décomposition des matières à recycler, riches en carbone et en azote. C’est la nuit, lorsque la chaleur n’est plus à craindre, que les vers de terre sortent à la surface, afin de faire des réserves de végétaux décomposés par les micro-organismes du sol. C’est dire que les uns ne vont pas sans les autres.  

  • Il se décompose rapidement et sans odeurs.
  • Il faut humidifier et travailler le compost en mouillant chaque couches à l’aide d’un arrosoir au fur et à mesure que l’on constitue la pile de déchets verts et bruns.

– Ce processus de décomposition nécessite de l’Oxygène et dégagent de le chaleur. La température au coeur du compost, augmente de 50° à 70° au fur et à mesure, puis elle diminue.

La chaleur dégagée par le compost devrait tuer beaucoup d’insectes et de micro organismes, néfastes. Cependant, la chaleur n’étant pas uniforme sur tout le tas, on ne pourra donc pas compter sur cette dernière pour éradiquer ces nuisibles. C’est pourquoi, il est préférable de ne pas tout mettre dans un composteur (voir plus bas).

A SAVOIR :

On peut aussi rajouter sur les couches de matières vertes un peu de terre de jardin. Ce qui évitera d’attirer les mouches. 

On pourra obtenir un compost au PH neutre (entre 6 et 7), grâce à un petit apport de cendre de cheminée ou de chaux.

La présence de vers de terre est un indicateur précieux pour le jardinier de la santé de sa terre.

Compostage - Magali ANCENAY

QUE METTRE DANS MON COMPOSTEUR ?

Déchets VERTS : Facilement décomposables, c’est la nourriture des bactéries

  • Epluchures des fruits et légumes
  • Feuilles des arbres
  • Fleurs coupées et fanées
  • Tontes de gazon
  • Mauvaises herbes sans graines
  • Tailles de haies
  • Sachets de thé (sans agrafe) 
  • Reste de légumes et de fruits

Déchets BRUNS : Difficilement compostables, ils donnent beaucoup de nourriture aux champignons.

  • Fumier
  • Coquilles d’oeuf
  • Coques de fruits secs
  • Marc de café
  • Cartons coupés en petits morceaux et non imprimés.
  • Papier non imprimé
  • Serviette et mouchoir en papier
  • Papier essuie tout
  • Copeaux de bois
Feuilles mortes

A NE PAS METTRE DANS MON COMPOST :

  • Charbon de barbecue, charbon de bois.
  • Matières synthétiques.
  • Mégots de cigarette.
  • Pierre.
  • Les excréments de chiens ou de chats, pouvant être porteurs de maladies transmissibles à l’homme.
  • Les couches jetables de bébé
  • Les matières synthétiques
  • Les gros bois,
  • Les végétaux malades ou infectées car il peuvent se propager et infester à nouveaux tes végétaux lors de l’utilisation du compost.
  • Les mauvaises herbes envahissantes comme le chiendent, les liserons où un seul morceau de racine peut contribuer au développement de celle-ci.
  • Les coupes de gazon et autres plantes traitées avec du désherbant. 
  • Les mauvaises herbes ayant fait leurs graines qui risque de se propager à nouveau, car la chaleur sera peut-être insuffisante pour les tuer.

A METTRE AU COMPOST  …  MAIS EN PETITES QUANTITES : 

  • Les écorces d’agrumes.
  • Ail
  • Les algues
  • Les cendre de feu de cheminée
  • Résineux (Thuyas, aiguilles de pin …)
  • Les coquillages
  • J’émets des réserves concernant les laitages, morceaux de poissons et de viande, restes alimentaires cuits, sauces, graisses et huiles qui risquent d’attirer les parasites et les rongeurs.  
Compostage déchets verts - Magali ANCENAY

PROBLEMES & SOLUTIONS pour un bon compost :

Si ton compost dégage une mauvaise odeur d’oeuf pourri, c’est qu’il est trop humide ou trop tassé et manque d’oxygène.

SOLUTION : Aérer à l’aide d’une fourche et y incorporer des matières « Brunes » comme des branches mortes, des coquilles d’oeufs  afin de rééquilibrer le mélange et de laisses circuler l’air. Par beau temps, tu peux aussi ouvrir le couvercle de ton composteur.

Si ton compost sent l’ammoniac, c’est qu’il y a trop de matières « Vertes » comme des feuilles, des épluchures de légumes frais, des tontes de gazon. Ces dernières en quantité importantes créaient une fermentation et non un compostage.

SOLUTION :  Il faudra apporter des matières « Brunes » et structurantes comme les coques d’oeufs et des branches mortes, pour rééquilibrer le mélange.

Si dans ton compost, certaines matières comme les branches, les coques de fruits secs ou les coquilles d’oeufs ne se décomposent pas, c’est qu’elles sont trop grossières. 

SOLUTION : il te suffira de les briser ou les casser en petits morceaux afin de favoriser leur décomposition.

Si la température de ton compost ne s’élève pas, c’est qu’il est mal équilibré.

SOLUTION : Rééquilibrer en t’assurant qu’il y a bien 40% de manières brunes et 60% de matières vertes.

Mais aussi …

Si tu as une grosse quantité de tonte de gazon, il est préférable de ne pas les mettre en une seule fois dans le composteur. Laisses les sécher en dehors et incorpore les petit à petit, ou bien, sert t’en pour pailler le pied des végétaux.

Si dans ton compost il y a une grande présence d’animaux style vers, cloportes, gros verts blancs, c’est normal. Ce sont eux qui travaillent et transforment ces matières organiques en compost. Surtout ne pas les déranger et les laisser travailler.

SI dans ton compost tu remarques la présence de moucherons, de souris ou de rats, c’est qu’ils sont attirés par certains déchets comme les fruits, ou les légumes abimés. 

SOLUTION : Recouvrir ces déchets de branches mortes, feuilles, sciure et arrêter un moment de les mettre au compost le temps que ces petits rongeurs s’en éloignent.  Surtout ne pas utiliser de pesticides et autres produits chimiques dans le composteur.

Compostage du jardin - Magali ANCENAY-
Compostage du jardin - Magali ANCENAY-

Comment réaliser un bon compost ?

1/ Tu choisiras un bon emplacement pour y mettre ton composteur. De préférence un endroit plutôt mi-ombre ou à l’ombre, sur un terrain plutôt drainé, l’idéal étant dans le potager, si tu en as un.

2/ Tu déposeras des couches successives. D’abord une couche de matières brunes riche en carbone comprise entre 10 et 15 cm d’épaisseur. Puis par dessus, tu déposeras une couche fine de matières vertes, riche en azote ou une couche de 5 à 10 cm de fumier frais, ou encore une couche de farine de sang, de tourteau de coton ou d’engrais organique, tout cela, riche en azote.

3/ Il faudra répéter cette succession de couches, jusqu’atteindre la hauteur de ton composteur. Il faudra cependant ne pas dépasser la hauteur d’1 m 50, car si le tas est plus haut, il n’y aura jamais assez d’oxygène au milieu du tas. Ce qui laissera le champ libre à certaines bactéries, sources de mauvaises odeurs.

4/ Plus les résidus sont fragmentés, plus vite ils se décomposent… ne l’oubli pas !

Mon Potager - Magali ANCENAY

JE RETIENS :

Les trois règles essentielles sont : un mélange équilibré des matières, la présence d’oxygène et une humidité suffisante.

Combien de temps dois-je attendre pour l’utiliser ?

Il te faudra patienter au minimum 6 mois à un an. Par contre tu pourras accélérer le processus de décomposition, grâce à un « activateur de compost ». C’est un produit riche en azote qui se dilue dans une eau d’arrosage. N’oublie pas d’arroser ton tas de compost, au moins une fois tous les 15 jours par temps chaud. 

Personnellement, j’utilise deux composteurs parce que j’ai un grand jardin. De temps en temps, je transvide d’un à l’autre, les déchets en décomposition. Ce qui me permet de l’aérer et de récupérer le compost qui est plus près du sol, bon à être employé. Ainsi, j’ai du compost mûr rapidement et je peux l’utiliser plus souvent.

  • Les végétaux broyés faciliteront le travail des micro organismes dans le compost.
  • Je respecte bien les couches de déchets verts et de déchets bruns, les unes sur les autres.
  • Je n’oublie pas d’arroser, surtout en été, car si le compost est trop sec, les bactéries meurent.
  • De temps en temps j’améliore la décomposition en apportant un peu de corne torréfiée, du sang séché, des extraits d’orties riche en azote.
  • Je retourne les couches de compost en décomposition toutes les 4 semaines. Cette action permet de faire circuler l’air et d’obtenir une dégradation homogène.
Mon Potager - Magali ANCENAY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *